Partez à la rencontre de la CCMO Mutuelle

CCMO Mutuelle

 

CCMO Mutuelle

C’est en 1943 que la CCMO (Caisse Chirurgicale et Médicale de l’Oise) a été lancée avec pour objectif de mettre en œuvre la solidarité de tous au profit de chacun et de proposer des garanties complémentaires en matière de santé.

 

La CCMO Mutuelle propose des solutions de mutuelles pour les particuliers mais aussi pour les entreprises. Que vous soyez professionnel indépendant, agent territorial, une entreprise, une collectivité ou même une association, différentes offres vous sont proposées pour s’adapter parfaitement à vos besoins, ainsi qu’à ceux de vos salariés.

 

Acteur de votre santé, la CCMO se définit par 3 valeurs essentielles :

  • Le sens du service

Pour cela, la CCMO met à disposition de nombreux services pour vous faciliter la santé (tiers payant national, remboursements sous 48h, échelonnement des cotisations…)

 

  • La solidarité

Le cœur de l’engagement mutualiste de la CCMO réside dans la solidarité. A ce titre, elle ne demande aucun questionnaire de santé lors de l’adhésion, n’effectue aucune exclusion en raison de l’aggravation de votre état de santé et propose un service d’assistance 7j/7 et 24h24.

 

  • La proximité

La CCMO Mutuelle compte désormais 6 agences, réparties aux 4 coins de la Picardie (Mutuelle à Amiens, Beauvais, Compiègne…) et de l’Ile de France (Boulogne-Billancourt) pour être toujours plus proche de ses clients.

 

Si vous êtes intéressé et que vous souhaitez plus d’informations sur cette mutuelle indépendante, rendez-vous directement sur le site internet : http://www.ccmo.fr

Jeune diplômé : quelle stratégie adopter pour son premier emploi ?

Vous voilà (enfin) jeune diplômé ! Il est grand temps de rentrer dans la « vraie »vie active et trouver votre premier emploi. Oui, sauf que ce n’est pas toujours aussi simple… Pour y parvenir, établissez une stratégie. Voici nos conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

jeune diplomé

Déterminer avec précision son projet professionnel

Avant même de postuler, faites le point sur votre projet professionnel. Faites la liste des compétences acquises durant vos expériences,  dressez votre profil et posez vous les bonnes questions : dois-je poursuivre dans cette direction ou changer de trajectoire ? Quelles sont mes forces et mes faiblesses ? Quelles compétences vais-je pouvoir apporter à l’entreprise ?

Si votre projet n’est pas clairement défini, n’hésitez pas à interroger votre entourage : famille, amis, anciens collègues ou anciens professeurs.  Ils pourront, éventuellement, vous préciser leurs missions dans l’entreprise, les compétences nécessaires au poste, etc. De cette manière, vous serez capable d’identifier le type d’emploi proposé, et voir s’il est adapté à votre profil.

Personnaliser son CV en lien avec le poste visé

Selon le poste que vous visez, modifiez les informations présentes sur votre CV. Vos expériences doivent être pertinentes et inciter l’employeur potentiel à vous embaucher. En bref, valorisez au maximum votre CV en fonction de l’entreprise et du poste visé.

Mettre son stage à contribution

Le plus souvent, votre stage de fin d’étude vous ouvre des portes. En effet, votre tuteur peut vous proposer un CDD ou un CDI.

La plupart des étudiants en écoles de commerce ou d’ingénieurs, notamment, se voient offrir un poste à la fin de leur stage, ce qui est un réel avantage.

Cibler minutieusement les offres

jeunes diplômésFaites votre choix parmi les offres d’emploi. Préférez postuler à des offres qui correspondent parfaitement à votre profil et à vos attentes. Mais ne vous contentez pas d’internet.

 

Il existe de nombreux moyens pour diffuser votre CV : les réseaux sociaux (LinkedIn ou Viadeo), les candidatures spontanées, les forums professionnels, les cabinets de recrutements, les conférences, etc. En plus de prendre vos marques dans le monde professionnel, cela va vous permettre de créer votre propre réseau.

 

Avant de vous rendre sur les forums professionnels ou les jobs dating, prenez le temps de vous renseigner sur les entreprises présentes (activités, évolution, etc.). De cette manière, vous aurez conscience des entreprises qui vous intéressent et vous gagnerez un temps considérable.

 

Préparer l’entretien d’embauche

Le jour de l’entretien, il est important que vous soyez préparé. Vous devez être capable de répondre aux questions des recruteurs. Pour cela, renseignez-vous au maximum sur l’entreprise : ses concurrents, son chiffre d’affaire, ses activités, etc.

Le plus souvent, ces informations sont répertoriées directement sur le site de l’entreprise.

De plus, il existe de nombreux sites listant l’ensemble des questions posées lors d’un entretien. Bien-sûr, vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur une question à laquelle vous ne vous êtes pas préparé. Mais cela permettra de « limiter les dégâts ».

Faire preuve de souplesse

Lorsque vous sortez des études, vous n’êtes pas en mesure de négocier. Alors, soyez ouvert et acceptez toutes les occasions qui se présenteront à vous : intérim ou CDD, petite ou grande boîte, etc.

Sachez également que votre salaire, au commencement, ne sera pas mirobolant. Mais lorsque vous aurez affirmé votre place au sein de l’entreprise, il sera plus facile de le négocier.

Désormais, jeune diplômé, vous avez toutes les clés en main pour trouver votre job idéal, et surtout, votre premier « vrai » job. Alors, lancez-vous !

 

Entretien d’embauche : comment le préparer ?

Actuellement, vous recherchez activement un emploi : rédaction de lettres de motivation et impression de CV à gogo ! Et ce matin, un recruteur potentiel vous appelle et demande de vous rencontrer ? Félicitations ! Vous avez passé la première étape avec succès. Désormais, il faut vous préparer à l’entretien…

Préparer  au préalable son entretien d’embauche est essentiel ! Grâce à cet entretien, vous pouvez vous démarquer des autres candidats. Il ne faut donc pas le prendre à la légère ! Bien qu’il soit impossible de deviner toutes les questions qui vous seront posées lors d’un rendez-vous de sélection, voici une liste (non-exhaustive) des questions les plus courantes.

entretien d'embauche

Entretien d’embauche : Top 15 des questions récurrentes

1-     Parlez-moi de vous…

Cette question, souvent posée en première, ne doit regrouper que des informations professionnelles. Inutile d’exposer votre vie personnelle, ça n’a pas lieu d’être !

Pour commencer, présentez-vous. D’une manière synthétique, parlez de votre parcours scolaire, votre premier emploi, le second, et cela jusqu’à aujourd’hui.

Ensuite, présentez votre savoir-faire et le projet qui vous tient à cœur. Pour illustrer vos propos, parlez de vos expériences récentes.

2-      Quels sont vos points forts/ vos qualités?

Cette question est très importante. Faites la liste de vos points forts et trouvez des exemples concrets pour les illustrer. Surtout, n’en faites pas trop !

Choisissez des qualités en lien avec le travail proposé : résistance au stress, optimisme, adaptabilité, curiosité, etc. Attention, ces qualités doivent faire partie intégrante de votre personnalité. Si vous mentez, pour enjoliver la situation, le recruteur le saura. Comment ? Vous ne serez pas naturel en énonçant des qualités qui ne sont pas les vôtres !

3-     Quels sont vos défauts ?

Cette question, pourtant récurrente, a tendance à déstabiliser tous les candidats. C’est la raison pour laquelle il est important de la préparer au préalable.

Il est préférable de choisir des défauts qui peuvent rapidement se transformer en qualités. Exemple : « Je suis une personne stressée, mais cela m’amène à donner le meilleur de moi-même».

4-     Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?

Cette question nécessite une vraie réflexion.

Tout d’abord, évitez d’être trop négatif. Ce n’est jamais bon de critiquer ouvertement son ancien employeur, encore moins devant celui qui le remplacera, potentiellement.

Ensuite, ne donnez aucune réponse en lien avec le domaine affectif. Mais reposez-vous sur des faits concrets et professionnels : il y avait peu de perspective d’avenir dans votre ancienne entreprise,  par exemple.

5-     Comment expliquez- vous votre longue période sans emploi ?

C’est le moment de mettre à profit tout ce que vous avez appris durant cette période. Vous avez perfectionné votre anglais, suivi une formation ou fait un voyage à l’étranger ? C’est le moment idéal pour le dire !

6-     Quel est votre niveau en anglais ?

Le must du must, c’est être capable de répondre à cette question en anglais. Si, durant vos expériences précédentes, vous avez eu recours à cette langue, n’hésitez pas à en faire part à l’employeur potentiel. Répondre au téléphone, tenir une conférence, assister à une réunion en anglais, peu importe, détaillez-le tout !

préparer entretien d'embauche

7-    Que savez-vous sur notre entreprise ?

Pour montrer votre investissement et votre volonté de rejoindre l’équipe, renseignez-vous sur l’entreprise. N’hésitez pas à retenir tous les éléments qui semblent bon à prendre : chiffre d’affaire, nombre de salariés, services vendus, les dernières actualités, etc.

Ne perdez pas à l’esprit que l’employeur connaît parfaitement le sujet.

8-    Pourquoi devrions-nous vous choisir ?

Vous devez prouver à l’employeur que vous êtes autant indispensable qu’il ne l’est pour vous. Pour cela, gardez à l’esprit l’annonce et reprenez, point par point, les compétences citées. Pour argumenter vos  propos, parlez de vos expériences concrètes et dites ce que vous avez apporté à votre employeur précédent.

9-     Avez-vous des questions ?

C’est l’occasion de poser toutes les questions qui vous passent par la tête, dans la limite du raisonnable, bien évidemment.

Il est préférable de répondre positif à cette question, ainsi, vous montrez votre intérêt pour la société, et le recruteur en face de vous. Avant l’entretien, faites un liste de questions. De cette manière, vous apparaîtrez curieux, organisé et clair dans vos attentes.

Si, pris de panique, aucune question ne vous vient à l’esprit, précisez qu’il a répondu à toutes vos attentes durant l’entretien.

10- Avez-vous reçu d’autres réponses positives ?

Inutile de mentir. Mieux vaut répondre sincèrement à la question. Si vous n’en n’avez aucun, n’ayez pas peur de le préciser.

Si, au contraire, vous avez été contacté par une autre entreprise, vous pouvez préciser la fonction et le secteur d’activité. En aucun cas vous n’êtes obligé de spécifier le nom de l’entreprise.

 

Vous l’aurez sans doute compris, il est indispensable de préparer son entretien d’embauche. Grâce à ces 10 questions, vous serez plus détendu et plus à même de répondre aux questions.

 

Droits d’ auteur, mode d’emploi

Vous souhaitez devenir rédacteur freelance, mais certaines questions concernant les droits d’auteur vous laissent perplexe ? Alors, cet article est fait pour vous ! Les droits d’auteurs n’auront plus aucun secret pour vous, et vous pourrez écrire en toute sérénité. D’autant plus que cette protection est indispensable à votre métier. Il ne faut donc pas la négliger.

droit d'auteur

Qu’est-ce que les droits d’auteur ?

copyright droit d'auteurEn réalité, il n’y a rien de compliqué dans la notion de droits d’auteur.

Vous êtes l’auteur d’une œuvre (un livre, un morceau musical, une œuvre d’art, un logiciel, etc.) que vous avez réalisé du début à la fin ? Alors, les droits d’auteur vous concernent. Ces droits d’auteur, également appelé « copyrights », vous reviennent de droit, c’est-à-dire  que vous avez le droit exclusif pour exploiter l’œuvre. La reproduire, la divulguer, la garder secrète, peu importe ! C’est comme bon vous semble.

Si quelqu’un souhaite s’approprier votre œuvre, il doit d’abord demander votre accord. Vous êtes en droit de refuser ou d’apporter certaines conditions.

 

 

Propriété intellectuelle : droits moraux et droits patrimoniaux

Le droit moral reconnaît l’auteur comme étant le fabriquant d’une œuvre ou d’un produit. Selon l’article L.121-1 du CPI, « l’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible. »

  • Le droit de divulgation : l’auteur peut rendre, ou non, son œuvre publique. Il peut poser des conditions et des procédés d’exploitation.
  • Le droit de paternité : L’auteur peut apparaître officiellement comme étant l’auteur. Mais il peut également faire le choix de rester anonyme ou de choisir un pseudonyme.
  • Le droit au respect de l’œuvre : l’auteur peut exiger certaines conditions comme le refus de voir modifier, supprimer ou ajouter des éléments à son œuvre.
  • Le droit de retrait et de repentir : Même si l’auteur cède son œuvre contre indemnisation, il a le droit de mettre fin au contrat, avant même que la durée du contrat ne soit terminée. De cette manière, son œuvre ne sera ni exploitée, ni diffusée.

Le droit patrimonial représente les droits de l’auteur sur son œuvre. L’auteur peut exploiter son œuvre, voire même en tirer une indemnisation. Ces droits sont exclusifs, et l’auteur est le seul individu à pouvoir définir des conditions. Cependant, ces droits sont limités dans le temps, soit 70 ans après la disparition de l’auteur.

Son œuvre est inscrite dans le patrimoine de l’auteur. Lorsque ce dernier meurt, l’œuvre revient de droit à ses héritiers, durant 70 ans. Passé cette période, l’œuvre appartient au domaine public.

Un rédacteur-web est-il soumit aux droits d’auteurs ?

Bonne nouvelle, chers rédacteurs, votre activité est éligible aux droits d’auteurs ! En écrivant des articles sur votre blog personnel, sachez que personne ne peut les reproduire sans vous avoir consulté avant. Qu’il s’agit d’une partie de votre article ou de la totalité, cela revient au même.

Si l’article n’est pas destiné à votre blog personnel mais pour une quelconque personne, alors le droit d’auteur peut disparaître sous conditions financières. En signant le contrat, les droits d’auteur sont directement légués au client.