Tous les secteurs d’activité peuvent être confrontés à des situations où un salarié est amené à travailler seul. Cependant, l’isolement d’un collaborateur peut être source de risques pouvant nuire à sa santé physique et mentale. Pour faire face aux éventuels dangers auxquels les travailleurs isolés sont exposés, l’employeur est tenu de déployer des solutions de prévention visant à améliorer leur protection. 

Identifier les risques encourus par les travailleurs isolés

La notion de travail isolé est définie par différents facteurs, dont l’environnement du salarié, les horaires de travail, le lieu du poste et la possibilité d’appeler à l’aide en cas d’urgence. Selon la loi, un travailleur est considéré comme isolé lorsqu’il effectue une mission hors de portée de voix ou de vue de ses collaborateurs ou d’autres personnes. Au-delà de l’isolement géographique et psychique, le travailleur peut faire face à une situation d’isolement ponctuelle ou permanente, pouvant entraîner des comportements à risques à l’origine d’accidents graves. Pour les entreprises, la protection travailleur isolé constitue une priorité pour limiter les conséquences de l’isolement des salariés. Toutefois, il est capital de mesurer les risques de manière précise pour trouver des solutions adéquates. Ils peuvent être de nature médicale, psychologique, ou liée aux agressions physiques et verbales extérieures. Chaque situation nécessite ainsi une évaluation minutieuse pour mettre en place les mesures nécessaires

Les mesures préventives pour la sécurité des travailleurs isolés

La notion de protection du travailleur isolé, ou PTI est définie comme un ensemble de mesures préventives dédiées à améliorer la sécurité des salariés dans l’exercice de leurs fonctions. Obligatoire en entreprise, ce concept incite à la mise en place de dispositifs DATI, permettant aux employés en situation d’isolement d’envoyer un signal d’alarme et de bénéficier d’une assistance en cas de situation à risques. Les dispositifs manuels prennent généralement la forme d’un téléphone portable, d’un pendentif ou d’un bracelet qui se déclenche par simple pression d’un bouton. L’alarme peut également être déclenchée automatiquement lorsque l’appareil détecte une absence anormale de mouvement. Outre la mise en place d’un système d’alarme ou de télésurveillance, des mesures organisationnelles doivent également être prises pour sensibiliser les employés aux risques du travail isolé et pour améliorer leurs conditions de travail.

La législation concernant la protection des travailleurs isolés

Si le Code du travail n’énonce aucune règle spécifique concernant le travail isolé, l’employeur est tenu par l’article L 203-2 d’assurer la sécurité des salariés et de protéger leur santé, aussi bien physique que mentale. Selon l’article R4512-13 du décret 92-158 du 20 février 1992, les mesures nécessaires doivent être mises en place par le chef de l’établissement pour qu’aucun employé n’exerce ses missions en un point où il ne pourrait pas bénéficier d’une aide dans les plus brefs délais en cas d’accident. La loi est particulièrement ferme concernant les travailleurs en situation d’isolement, et peut appliquer des sentences aux entreprises en cas d’accident grave survenu lors d’une situation de travail isolé sans protection. Les accidents mortels sont considérés comme des homicides involontaires dans le cas où la réglementation concernant la prise de mesure de prévention n’a pas été appliquée.